Charte Education

L’Institut Diplomatique de Paris étant composé de femmes et d’hommes, de professionnels intéressés par la réflexion sur leurs pratiques, croit qu’une charte ne semble pas pouvoir constituer une collection de principes valables à tout jamais et de tous les points de vue.

Par conséquent nous ne la considérons pas comme un référentiel « cimenté », immuable, mais juste comme un support de réflexion sur nos valeurs et nos pratiques suivant une logique de cristallisation principielle en termes de code de conduite et d’excellence qui caractérise nos actions.

Nous accordons la plus haute importance à la réflexion sur nos pratiques et aux partages des pratiques.

C’est pourquoi nous sommes en relations étroites avec les Faire et les Savoirs.

L’ouverture conceptuelle à différents référentiels, théories et modèles étant l’essentiel de l’enseignement que nombre d’entre nous y ont suivi, le dialogue entre les courants et les écoles nous paraît non seulement souhaitable, mais essentiel à la qualité des démarches.

Les interactions paradigmatiques et inter paradigmatiques sont le creuset subtil, fécond et particulier de l’Institut Diplomatique de Paris.

Nous sommes une équipe pluridisciplinaire d’intervenants dans les postures de professeurs, chercheur, expert, consultant, coach ou formateur spécialistes des systèmes complexes issus de disciplines de références, en particulier celles des études diplomatiques.

Nous travaillons également avec des praticiens de la diplomatie et des spécialistes des questions internationales d’horizons différents visitants.

Notre vocation est notamment de faire progresser les négociations en faisant progresser les négociateurs et d’aider les Etats à préparer et mener les négociations internationales.

Nous travaillons une diplomatie élargie par l’association de la société civile à la coopération internationale.

Nous travaillons une approche transdisciplinaire des savoirs dans une logique d’ « Intelligences unies ® ».

Le projet d’éduquer que porte l’intervenant (ce tiers venant), ce n’est non pas seulement la transmission de savoirs, ni même seulement la transmission de valeurs, d’une culture ; c’est bien au-delà : recommencer à chaque génération la construction de la fragile humanitude.

On ne naît pas humain, on le devient par l’éducation.
Et c’est un travail inachevable qu’on ne fait pas seul.

L’apprentissage chez les adultes ne se limite ni à la transmission de savoirs ni au transfert de compétences.